Image default
Santé

Prothèse de genou, opération et complications, totale, unicompartimentale

Rate this post

L’intervention de prothèse totale de genou est une opération chirurgicale au cours de laquelle l’articulation du genou est remplacée par une articulation artificielle.

Le genou est une articulation qui lie le fémur (l’os de la cuisse) au tibia (la partie inférieure de la jambe) et  permet le mouvement de flexion et d’extension.

Les pathologies que l’on peut traiter grâce à une intervention de prothèse de genou sont :

Classification des prothèses de genou

Il existe 3 types d’implantations en fonction de l’usure de l’articulation :

La prothèse unicompartimentale
Si l’articulation entre le tibia et le fémur n’est endommagée que sur une face (intérieure ou extérieure), on peut utiliser des prothèses plus petites (appelées unicompartimentales) pour remplacer la partie abîmée.
La récupération est plus rapide, environ 3 mois après l’intervention sauf complications.

La prothèse bicompartimentale
Dans ce type d’intervention, on remplace :

  1. Une face de l’articulation entre le fémur et le tibia (médiale ou latérale) ;
  2. L’articulation fémoro-patellaire (entre le fémur et la rotule).

La récupération est plus longue par rapport à celle de la prothèse unicompartimentale : il faut compter environ 5 à 6 mois.

La prothèse tricompartimentale (prothèse totale de genou)
Si l’IRM montre que toute l’articulation est très endommagée, le chirurgien peut conseiller la prothèse tricompartimentale du genou. Dans cette intervention, on substitue toutes les extrémités des articulations entre le fémur, le tibia et la rotule.
Cette opération est plus risquée et la récupération est beaucoup plus lente : les patients obtiennent une amélioration progressive en 6 à 12 mois.

Quand faut-il effectuer l’intervention de prothèse de genou ?

Si l’articulation est très endommagée, il existe différents traitements pour réduire la douleur :

Si tous ces traitements ne suffisent pas et que le patient ressent constamment des douleurs (même la nuit), on peut considérer l’intervention chirurgicale.

Contre-indications à l’intervention de prothèse de genou

Les contre-indications à l’opération de prothèse de genou sont :

  • Des problèmes cardiaques graves ;
  • Une insuffisance respiratoire ;
  • Un diabète non traité ;
  • Une insuffisance rénale ;
  • Le système immunitaire affaibli ;
  • L’arthrite septique du genou ;
  • Une grave ostéoporose.

Les composants d’un implant de prothèse de genou

On peut remplacer jusqu’à trois surfaces osseuses dans une prothèse totale de genou :

  1. L’extrémité inférieure du fémur. Le composant fémoral est en métal. On l’insère dans l’extrémité inférieure de l’os. Il présente un sillon modelé pour la rotule.
  2. La surface supérieure du tibia. Le composant tibial est une plateforme en métal plat et dont l’épaisseur est en plastique résistant et durable (polyéthylène). Certains modèles n’ont pas de partie métallique. On lie directement le polyéthylène à l’os. Pour offrir plus de stabilité, la partie métallique de la prothèse peut avoir un support qui s’insère dans le canal osseux du tibia.
  3. La surface postérieure de la rotule. Le composant rotulien est constitué d’une pièce en polyéthylène en forme de dôme qui reproduit la forme de la rotule et qui s’adapte à la partie fémorale.

Tous les composants sont conçus afin d’unir le métal au plastique et de permettre un mouvement fluide afin de provoquer une usure minime.

Les prothèses à glissement

1. Modèles postero-stabilisé sacrifiant le ligament croisé postérieur
Dans ces modèles, l’épaisseur du composant tibial est une surface relevée d’un plateau à l’intérieur qui est inséré dans une barre prévue à cet effet dans le composant fémoral.
Le ligament croisé postérieur est retiré afin d’appliquer les composants sur les os. Les parties aident à substituer le travail du ligament croisé postérieur et à empêcher le fémur de glisser trop en avant sur le tibia quand on plie le genou.

2. Les modèles avec conservation du ligament croisé postérieur
Comme le nom le suggère, dans ce modèle de prothèse, le ligament croisé postérieur est conservé. Ces implants ne possèdent ni plateau ni barre, contrairement aux précédents. L’intervention est adaptée aux patients dont le ligament croisé postérieur sain et fonctionnel permet de continuer à stabiliser l’articulation du genou.
Si le genou ne présente pas une bonne stabilité, le chirurgien peut implanter une prothèse liée, c’est-à-dire équipée d’un pivot qui guide le mouvement. Elle est indiquée en cas de laxité ou de rupture des ligaments croisés.

Matériaux utilisés dans l’intervention de prothèse de genou

L’utilisation de composants en métal et en polyéthylène offre une mobilité articulaire excellente entre les surfaces, tout en permettant une usure minimale.

Alliages à base de cobalt-chrome
Les alliages de cobalt-chrome sont durs, résistants à la corrosion et biocompatibles. Avec le titane, le cobalt-chrome est l’un des alliages les plus utilisés pour les prothèses de genou.

Titane et alliages de titane
Le titane pur est généralement utilisé pour les prothèses quand une résistance élevée n’est pas nécessaire. Cela permet à l’os de grandir dans la prothèse ou de se lier au « ciment » pour un ancrage encore plus fort.

Alliages de titane
Les alliages de titane sont biocompatibles dans la nature. Ils contiennent généralement du vanadium et de l’aluminium en plus du titane.
L’alliage de titane le plus utilisé pour les prothèses de genou est le Ti-6Al4V. Le titane pur et les alliages de titane offrent une bonne résistance à la corrosion, rendant le biomatériau inerte (il ne se modifiera pas après l’implantation dans le corps).

Implants non cimentés
Les prothèses de genou peuvent être « cimentées » ou « non cimentées », selon le type de fixation utilisée pour maintenir l’implant en position. La plupart des prothèses de genou sont cimentées.
Il existe également des implants conçus pour se lier directement à l’os sans utiliser de ciment.

Ces derniers se basent sur la croissance de l’os pour l’ancrage à la surface de la prothèse.

Tantale
Le tantale est un métal pur, aux excellentes propriétés biologiques et physiques : il est flexible, résistant à la corrosion et biocompatible. On a récemment produit une nouvelle substance poreuse à base de tantale poreux.

Il contient de très nombreux pores qui le rendent particulièrement indiqué pour la croissance de l’os à l’intérieur de la prothèse.

Autres articles

Helicobacter Pylori, symptômes, breath test, traitement et diète

Irene

Nodule au sein ou mammaire, bénin ou malin, douloureux

Irene

Fracture du coude chez les enfants ou les adultes, traitement et chirurgie

Irene

Sténose carotidienne, symptômes, traitement, significative

Irene

Le pharmacien, ce conseiller de qualité toujours à votre écoute…

Journal

Migraine avec aura, symptomes et traitement

Irene